Welcome to our Testimony Directory
Canada Bahamas Netherlands France Nigeria Spain Uganda United Kingdom United States
 
Healing the Shockwaves of Abortion
 

EXPRESS YOUR REGRET

Do You Regret Your Abortion or Your Lost Fatherhood? By filling in the form below you can add your expression of regret to our list. All information remains confidential and is presented anonymously


 
First Name:  
Email Address: (optional)
Inside US 
*Zip Code:
 
Outside US 
Postal Code:

   
If you’d like to join us in being silent no more and receive our monthly e-letter click here to fill out the Silent No More Campaign Registration Form.
 
 
Read Stories of Abortion Healing
How Do I Tell My Family About My Abortion 
 
Share Your Story 
 
CAMPAIGN TESTIMONIALS

Just the ongoing support you all show and hard work to bring the truth to light.

 

HyperLink   

 
 
FOLLOW US ON

Social Networking 
 

Testimonies

Help us spread the word. Share this with your social network.


Back
Je ne pouvais pas en parler
Christian
France, France

J’avais 21 ans quand ma petite amie m’a annoncé qu’elle était enceinte.Nous avions des relations élastiques. Cet été là, je travaillais au Maroc, elle passait ses vacances en Espagne, elle est venue me voir avant de repartir sur Paris. C’est de Paris qu’elle m’a téléphoné.
Elle avait déjà pris sa décision d’avorter et avait tout organisé.
Elle allait partir en Angleterre chez sa grand-mère. A cette époque l’avortement était déjà légal en Angleterre, mais pas encore en France.
J’ai suggéré, du bout des lèvres, qu’on pourrait se marier.
Mais elle avait trop peur de l’annoncer à son père, il n’était pas question de garder le bébé, ni de se marier.
 
 Après l’avortement, nous nous sommes revus une ou deux fois et on est parti chacun de son côté sans jamais parler du bébé. Quelques mois plus tard j’ai appris par hasard qu’elle s’était mariée.
Je ne savais pas l’impact que cet avortement  allait avoir sur moi, ma vie, sur celle qui allait être ma femme, sur ma famille, sur nos enfants.  

Ma mère était décédée le même été, alors étudiant à Montpellier, j’étais un peu perdu.
Je me suis alors blindé, j’ai enfoui et l’avortement et mes sentiments.  
Je me suis fermé.
Je ne voulais plus m’attacher à personne, j’avais peur de souffrir et de faire souffrir, de ne pas être à la hauteur de situations difficiles, de ne pas pouvoir les affronter et les surmonter.
Quand Christine, ma future épouse, m’a dit qu’elle était enceinte, j’étais complètement anesthésié.
Je ne pouvais pas m’engager. Pour moi, l’avortement était la seule issue.
Le premier avortement avait détruit quelque chose en moi et ouvert la porte sur le deuxième avortement, comme une suite logique.
Je J’avais 21 ans quand ma petite amie m’a annoncé qu’elle était enceinte.
ne me souviens de rien.
J’ai de nouveau enfoui cet avortement et je ne pouvais pas en parler.

Pourtant, Christine et moi, nous nous sommes mariés et avons eu cinq filles.
Si je donnais l’impression d’être super bien, ça a été un long et douloureux chemin de guérison intérieure et de pardon à donner et à accepter que nous avons fait ensemble et heureusement.

C’est un chemin qui est passé par une rencontre avec Dieu.
Un Dieu d’amour, lui-même source de l’amour et de la vie.

En couple nous avons travaillé avec une organisation qui s’occupait des femmes enceintes qui pensaient à l’avortement, ou de femmes qui avaient avorté.
J’ai franchi une autre étape décisive quand j’ai pu parler de l’avortement, d’abord en couple puis avec nos filles.
Ne pas en parler, c’était comme une gangrène, un poison qui se répandait en moi.
En parler a permis d’arrêter à ce poison de faire d’avantage de dégâts et de continuer sur ce chemin de guérison.

Nous sommes aussi allés ensemble à un weekend de guérison, ça a été très fort pour moi.
On devait écrire une lettre à notre enfant, à mes enfants pour moi, et la lire.
J’ai pu écrire une lettre, mais je n’ai jamais pu la lire à haute voix tellement l’émotion était forte, les mots ne passaient pas ma gorge.
Ce weekend aura été une autre étape décisive.

Je ne pense pas que la guérison soit synonyme d’oubli, il n’est pas un jour où je ne pense à ces deux enfants, mais on apprend à vivre avec soi-même, à aimer et à s’ouvrir aux autres, à aider ceux et celles qui ont eu un ou des avortements, par exemple.
J’ai décidé de rompre le silence pour que le monde sache que l’avortement touche aussi les hommes et profondément. Le fait de devenir un parent, père ou mère, n’a rien d’anodin.
On est fait pour donner la vie.


JOIN US

Help us spread the word. Share this with your social network.



Back


 

 
About Us | Events | Resources for Help After Abortion | Join Us | Abortion Stories | Campaign Testimonials | Contact Us | Locate A Chapter

©2022 Silent No More Awareness Campaign